Genre(s): Auteur(s): , , , Epoque:
Edition: L'AN 40 Dépot légal: février 1940 Imprimeur: Imprimerie Générale Lyonnaise
La note du collectionneur

L'An 40 n°2 backSur ce journal de 8 pages sur beau papier glacé de format 14 X 21, la moitié a été rédigée par F. Dard.
Ce numéro s’ouvre par un avant-propos de Frédéric qui rend hommage à Max-André Dazergues, Grand Prix Littéraire de Lyon 1938 avec « La Montée des Anges », l’un de ses premiers fidèles soutiens avec Marcel-E. Grancher.
Il le remercie aussi pour l’article plein de poésie intitulé « Quand les étoiles s’étiolent » publié dans ce 2ème numéro de l’AN 40 et qui parle de Lyon de l’hiver, Lyon de la guerre.
Le jeune Frédéric termine son avant-propos par ces termes élogieux et un peu surannés: « Cette poésie qui fait que lorsque je pense à vous j’évoque aussitôt un clair de lune sur notre vieux Rhône … une étoile ouatée de brume et beaucoup d’autres images qui me mouillent les yeux… »
Dans la rubrique « Les Lettres », F. Dard pond un article élogieux sur Simenon, écrivain qui parvient à nous apporter dans ses ouvrages une tranche d’existence « brute ». Il annonce aussi qu’il va examiner en détail son œuvre imposante et qu’il y consacrera un article dans le prochain numéro.
Deux autres pages sont consacrées au début de « La Peuchère » et une autre page à un texte de Frédéric Dard intitulé « Le Polonais » qui raconte l’arrivée de 2 frères polonais à Marseille, leur séparation malheureuse et non voulue dans les rues de Marseille et leurs retrouvailles imprévues au sein d’une usine.

L'An 40 n°2 page 2L'An 40 n°2 page 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'An 40 n°2 page 5L'An 40 n°2 page 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On trouve aussi dans ce numéro :
– Classe 40, un article de Pierre Brugère sur le Conseil de Révision
– Réflexions sur le traitre de Stuttgart, un article d’Alexandre-B. Kirby sur Paul Ferdonnet, journaliste et militant d’extrême-droite français. Ferdonnet, pendant la guerre, travaille à Radio –Stuttgart et est responsable d’émissions de radio de propagande diffusées en langue française. Les bulletins de Radio-Stuttgart ont pour objectif de démoraliser les troupes françaises — notamment celles stationnées sur la ligne Maginot — et de faire l’apologie du nazisme, avec pour spécialité la diffusion de fausses interviews de soldats français.
– Histoires comme ça, une page d’histoires drôles.

Vous aimerez peut-être