Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Fleuve Noir Dépot légal: 2ème trimestre 1980 Imprimeur: Imprimerie Bussière, Saint Amand
La note du collectionneur

Collection S.A. n°102 (n°103 par chronologie)Baise-ball à la Baule back
Illustrateur 1er plat : Photo VLOO- BLUME

Sous-titre : Splendide Roman

Dédicace : A André ARNAUD
qui fut le merveilleux starter
d’une course au succès.
Avec ma gratitude et mon amitié.
San-Antonio

« Si tu n’as jamais vu le prince Charles d’Angleterre complètement mort, le nez dans une salade de homard, lis ce book.
Si tu n’as jamais vu Béru propulser deux nonnes dans des cageots de tomates, lis ce bouquin.
Si tu n’as jamais vu San-A aux prises avec un couple mystérieux qui le ridiculise, lis ce polar.
Mais si tu as le palpitant qui déconne, l’ami, alors ne lis pas ce chef-d’oeuvre , il te tuerait ! »

Un excellent cru
Comparer les San-Antonio entre-eux c’est comme comparer les Maigret les uns avec les autres ou une autre série, c’est pas vraiment utile sauf pour indiquer à un futur lecteur un livre/un épisode qu’il a le plus de chance d’aimer.
Quand on lit un San-Antonio c’est plus par affection pour les personnages, le vocabulaire et l’univers en général que pour l’intrigue policière. Ce qui fait que même si l’histoire n’est pas exceptionnelle, le lecteur sera quand même globalement satisfait car il aura retrouvé un univers qu’il aime.
Eh bien, avec cet épisode le lecteur sera non seulement heureux de retrouver l’univers qui a fait qu’il s’est intéressé à cette série, mais en plus il se retrouve devant un épisode vraiment excellent, un des meilleurs que j’ai lu avec « Circulez y a rien à voir ».
San-Antonio est prévenu qu’un attentat aura lieu sur la personne du Prince Charles et Achille décide de servir de renforts officieux à l’équipe de protection qui ne prend pas au sérieux les menaces voilà San-Antonio, une jeune commissaire de l’école de police et la mère de celle-ci sous la supervision du « Vieux » à la Baule. Une bombe, deux meurtres et un prince empoisonné, San-Antonio va vivre la pire enquête de sa vie… jusqu’à ce que le fidèle Bérurier en vacance dans le coin n’intervienne pour tenter de rétablir l’équilibre, si c’est encore possible…
A lire absolument « Mais si tu as le palpitant qui déconne l’ami, alors ne lis pas ce chef-d’oeuvre, il te tuerait ! »
Critique par Killeur.extreme, le 3 juillet 2011

Vous aimerez peut-être