Genre(s): Auteur(s): , Epoque:
Edition: Editions de l'Oncle Archibald Dépot légal: décembre 2016 Imprimeur: Pulsio
La note du collectionneur

berceau-dune-oeuvre-dard-backCe livre, que l’on peut qualifier de référence pour qui s’intéresse à Frédéric Dard, est le fruit d’une collaboration heureuse entre 2 amis réunis par leur admiration pour cet auteur majeur du 20ème siècle.
244 pages de format A4.
Prix : 36 €

Préface d’Odette Cuene-Grandidier qui a partagé la vie de Frédéric Dard de 1942 à 1965.

Tout le monde connait Frédéric Dard, père de la célèbre série des San-Antonio, débutée aux éditions Jacquier en 1949. Mais peu de personnes savent que le romancier a d’abord été journaliste, puis rédacteur en chef de plusieurs journaux pendant la guerre et l’après guerre.
Berceau d’une œuvre Dard est le recueil de l’ensemble des textes écrits et publiés par Frédéric Dard entre 1938 et  1950. Ces textes, dont une soixantaine sont totalement inédits car non référencés dans les bibliographies existantes (celles de Christian Dombret et de Pierre Grand-Dewyse), et pour le reste peu connus car difficiles à trouver, révèlent la montée en puissance de l’écrivain, son éclectisme et sa puissance de travail dans des conditions pas toujours faciles.
Dans cette période d’un peu plus de dix ans, Frédéric Dard aura écrit 21 livres dont 3 livres pour enfants, 5 pièces de théâtre, 74 histoires, contes et nouvelles, 57 critiques – 43 sur des livres, 12 sur des expositions et 2 sur des films – et plus de 150 reportages sur des sujets divers.
Le texte intégral des contes et nouvelles, des critiques et des articles ainsi que celui de sa 5ème pièce de théâtre ont été reproduits à partir des originaux scannés le mieux possible.

La diversité des journaux et revues dans lesquels il a été publié est impressionnante :

liste-des-journaux-et-revues

Chaque année, différenciée par un code couleur, fait l’objet d’une introduction indiquant les faits majeurs de la vie de l’écrivain. Des commentaires pertinents, sur fonds colorés, mettent en lumière certains textes et revues. Des coupures de presse de l’époque, des critiques rédigées à propos des œuvres de Frédéric Dard, des photographies, des correspondances et des dessins, agrémentent et prolongent les écrits de cet auteur. Sachant que la plupart de ces documents sont inédits, le lecteur aura du plaisir à les découvrir.

sommaire

Au fil des pages, les surprises ne manqueront pas avec notamment :
– un conte intitulé L’héritage de Bérurier publié en 1943,
– une bande dessinée mettant en scène Isidore Boutonnet
– la découverte de 2 nouveaux pseudonymes avérés
– une pièce inédite écrite pour la fête de Saint-Chef en 1947
– la rencontre de Frédéric avec Pablo Picasso fin 1948

Lionel Guerdoux, qui signe ici son premier livre, est le créateur du site www.toutdard.fr  consacré à Frédéric Dard et à ses relations.

Philippe Aurousseau, spécialiste reconnu des illustrateurs, n’en est pas à son premier essai et a déjà publié plusieurs livres aux éditions de l’oncle Archibald :
– Jef de Wulf Dessinateur des fantasmes d’une époque (http://jef-de-wulf.blogspot.fr/)
– Paul Ordner 40 ans de Dessin Sportif (http://paul-ordner.blogspot.fr/)
– Robert Dansler dit Bob Dan L’âge d’or des récits complets (http://robert-dansler.blogspot.fr/)

Pour commander Berceau d’une oeuvre Dard, cliquez ici

Ci-dessous quelques critiques et commentaires reçus jusqu’à présent de la part des lecteurs du livre :

de Denis le 22 nov 2016
J’ai bien reçu votre livre et vous en remercie, oh combien !
Ma première impression est confirmée : vous nous gratifiez d’un ouvrage indispensable à tout amateur de l’œuvre de Frédéric Dard qui se respecte.
C’est une véritable mine d’or, aux pépites innombrables, et présenté de la plus belle manière qui soit.
En effet, comment, faute de ce type de réédition, découvrir tous ces écrits de jeunesse aujourd’hui introuvables ?
Voilà la garantie d’heures passionnantes passées en compagnie d’un auteur décidément fascinant.
Encore merci et bravo à vous, Lionel, et merci à M. Philippe Aurousseau et à tous ceux qui vous ont permis de réunir tous ces documents exceptionnels.
P.S. Envisagez-vous une suite ? La matière ne doit pas manquer !

de Thierry le 24 nov 2016
J’ai reçu hier soir votre livre ! Je l’ai eu vers une heure du matin
en rentrant du théâtre…
Autant dire que je ne l’ai pas encore lu de façon approfondie…
Mais je ne me suis pas privé de le feuilleter !
Il est vraiment magnifique !
Un grand merci et un grand bravo à tous les deux.

de François le 26 nov 2016
j’ai reçu le livre cette semaine.
Merci pour l’envoi, et pour ce superbe livre.

de Gilles le 29 nov 2016
Merci pour ce magnifique livre reçu ce jour.
Dans le livre, que j’ai parcouru rapidement, il y a pas mal de textes que je découvre.
Beau et grand travail de vous deux.

de Paul le 30 nov 2016
J’ai reçu hier « le berceau ».  Ce livre est superbe dans sa facture et d’une étonnante densité dans son contenu. Je n’ai encore fait que le feuilleter, c’est une somme d’informations rares et qui font saliver le lecteur.
Quelques impressions. Comme beaucoup d’Amis, je connaissais quelques contes Cette fois leur prolifération donne le tournis, par lesquels commencer ?
Les premiers romans de Frédéric trouvent leur éclairage par l’accès au contexte de leur genèse, par exemple Bataille sur la route
On trouve aussi des pépites qui se retrouveront dans les San-Antonio. Vous évoquez « En avant la moujick, on peut continuer avec le cochon de Bérurier qui deviendra un épisode prolongeant  le grand prix de concours de pets,  ou encore la virée avec Charlaix à Jallieu  qui préfigure le passage du cirque au même endroit dans En Peignant la girafe  (ou Charlaix inspirateur de Béru,  phénomène de foire…).
La concision et la brièveté de vos notices laissent beaucoup de place à la rêverie du lecteur. L’index constitue une radiographie du tout qui met en valeur les options du journaliste et du romancier : attiré, à cette époque,  beaucoup plus par Simenon et Marcel Aymé que par Céline, confidentiel serait encore un euphémisme), il suffit de compter les références, bien que Charlaix ne manque pas d’espace…
Un bémol ? Pourquoi vous êtes-vous arrêté à l’année 50 et pas 54 ou 55, pour couvrir toute l’activité journalistique ?  C’est en fait moins un regret qu’un vif encouragement à ne pas en rester là et à poursuivre sur votre lancée. Vous avez créé une attente qu’il ne faudrait pas décevoir…
Merci pour ce long moment de lecture que vous nous avez offert et je vais me replonger sans tarder en suivant pas à pas les explorateurs du « berceau » de San-Antonio.
Bonnes fêtes de fin d’années, elles commencent très bien avec vous.

de Denis le 30 nov 2016
Et bravo et merci !  Bien reçu ce matin.
Il ne nous reste plus qu’à dévorer ce bel ouvrage avec délectation, avant de le mettre en belle place dans la bibliothèque

de Daniel le 2 déc 2016
Reçu le livre ce matin.
Je viens de le parcourir et c’est un vrai bonheur.
C’est formidable. Quel plaisir !
Et puis un grand merci à vous deux pour ces très gentilles dédicaces.

de Lionel le 2 déc 2016
Et puis, j’ai commencé à lire de plus près votre livre : je suis vraiment ravi, le livre est superbe, le contenu est assez extraordinaire ; j’en ai parlé au fil avec mon ami et voisin qui l’a également acheté et qui est aussi enchanté que moi.
On est arrivé à la même conclusion : si Patrice veut arrêter d’écrire, que peut on y faire …  mais pour vous, s’arrêter à 1950 est une véritable hérésie : alors reprenez votre souffle, et continuez

de Yannick le 05 déc 2016
Mon livre de chevet est bien arrivé !
Bravo
Merci
Félicitations
Respect………….
Je l’adore

De Mireille le 6 déc 2016
Je suis « plongée » dans votre livre et découvre l’oeuvre du grand  F Dard ! Que d’inédits et de documents rares …. Combien de temps pour réunir tout cela ? La mise en page est parfaite et l’utilisation aussi aisée et pratique que  celle votre site. Les commentaires nous guident dans le trésor de la lecture et la découverte.
Vous nous promenez dans le Lyon d’avant, avec ses personnalités artistiques  …. Quel recueil de merveilles rares. Bravo.
Ce Berceau est une réussite et je n’ai pas terminé ma lecture !
Merci de nous faire partager votre passion.

de Patrice le 11 déc 2016
J’ai distribué les livres autour de moi et la réaction est la même :
découverte, découverte, découverte d’une face cachée de la lune dardienne !
Le travail que vous avez accompli avec Philippe est magnifique et primordial
dans une perspective exhaustive des écrits de Frédéric Dard. L’un de mes gendres,
grand lecteur devant l’éternel, a eu cette réflexion :  » Mon dieu, comme il
est dommage que les nouvelles technologies nous privent aujourd’hui de ces
écrits papier ! » Il a conscience que sa génération ne prend plus le temps
d’écrire mais seulement de rédiger.
On ne changera sans doute plus le cours des choses, mais il est
rafraîchissant que parfois on remonte vers les sources. C’est juste
au-dessus que poussent nos racines.
Merci à vous deux.

de Daniel le 12 déc 2016
Pardon d’avoir tardé à vous écrire, (vieux motard que jamais…) mais l’actualité est tellement riche et les événements assez nombreux en ce moment.
Il n’en demeure pas moins que je tenais à vous faire part de mon admiration et de mes félicitations pour ce magnifique et incroyable livre sur Frédéric Dard.
Plus beau et plus imposant que je ne l’imaginais, c’est une véritable mine d’or avec une mise en page du plus bel effet.
La plus belle référence à coup sûr des écrits de jeunesse de Frédéric et le plus beau livre (avec celui de Joséphine) sur notre auteur.
Merci à vous d’avoir tant œuvré (et finalisé !). Je sais que le mérite en revient surtout à Lionel, même si c’est plutôt Philippe qui a bossé mais que le contraire est vrai aussi ! IoI

de Jean-Jacques le 14 déc 2016
Quel beau travail vous avez réalisé tous les 2!!! je découvre une multitude de choses que j’ignorais…vous méritez bien plus que des félicitations pour cette mine d’infos

d’Albert le 19 déc 2016
Ce livre ne me quitte pas. J’en lis une à plusieurs pages chaque jour et, pour tout vous dire c’est, j’en suis certain, le livre qui m’en a le plus appris sur Frédéric certes, mais sur son travail d’écrivain, ce qui est de loin le plus important.
De là où il se trouve, Frédéric doit être flatté et comblé et même gêné d’un tel hommage, lui qui ne croyait pas à la postérité se ses écrits. Or, sans vouloir se l’avouer, tous les écrivains pensent à la postérité de leur œuvre, c’est souvent vers elle qu’ils écrivent…
Frédéric a de la chance d’avoir des amis tels que vous, les écrivains dont les écrits ont sombré dans l’oubli – et ils sont nombreux – doivent l’envier.
Moi, simplement je vous remercie de m’avoir fait mieux connaitre la genèse de l’œuvre de l’homme que j’ai aimé et qui restera pour toujours mon ami.
Votre ami,

de Gérard le 21 déc 2016
Ouvrage magnifique. Félicitations!!!

De Christian le 1er janvier 2017
D’abord félicitations pour le livre d’une richesse inouïe. On y retrouve des textes rares que je ne pensais pas pouvoir lire un jour!

Voir aussi le blog d’Alexandre Clément
http://alexandreclement.eklablog.com/lionel-guerdoux-et-philippe-aurousseau-berceau-d-une-oeuvre-dard-frede-a127485814

Vous aimerez peut-être