Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Au bouquin d'or Dépot légal: 1957 Imprimeur: imprimé en Suisse
La note du collectionneur

la chair à poissons backC’est le 5ème et dernier roman de Marcel G. Prêtre reconnu officiellement avoir été écrit par F. Dard.
Livre paru dans la collection » L’as de pique »
Dédicace: A Jean Sandoz,
mon ami de toujours.
M-G PRETRE

Extrait : Il tirait avec précaution, étudiant de la main les vibrations du fil. Mais elles étaient pratiquement inexistantes. Pendant qu’il remontait l’engin de pêche, le jeune Neuchâtellois regardait les profondeurs du lac dans l’espoir d’y apercevoir l’étrange proie, si docile et si pesante. Ayant retiré une bonne centaine de mètres de fil, il découvrit, surgissant du gouffre aquatique, une grande masse sombre qui se déplaçait de gauche à droite. C’était allongé et large…
« Bonté divine! se dit le pêcheur…C’est le plus gros poisson qu’on ait jamais attrapé dans ce lac! »

 

L’avant-propos donne envie de se plonger dans ce roman. Jugez-en plutôt:
Entre l’instant fatal où un homme rend l’âùe et celui où l’on confie sa dépouille à la terre, il ne s’écoule généralement que quelques heures.
Durant ce laps de temps, hormis la douleur réelle ou feinte des siens, il ne se produit rien qui vaille la paine d’être conté. Sauf dans le cas présent, où l’histoire d’un individu commence à sa mort pour finir à ses funérailles.
Une histoire peu banale, en vérité!
Mais je laisse le défunt vous la raconter.

Ce livre a été réédité au Fleuve Noir en 1983 sous le titre « Mort pour rire » dans la collection Spécial Police n° 1756.

Mort pour rire

Mort pour rire

Ce roman a aussi donné lieu à un fil intitulé  « Dans l’eau… qui fait des bulles! » réalisé ne 1960 par Maurice Delbez.
Les pérégrinations d’un cadavre dont tout le monde veut se débarrasser, car chacun a de bonnes raisons pour le faire disparaître, notamment le fait d’être le suspect idéal…

Vous aimerez peut-être