Genre(s): Auteur(s): , Epoque:
Edition: Fleuve Noir Dépot légal: février 1990 Imprimeur: Imprimerie Bussière, Saint Amand
La note du collectionneur

Collection SA n°143Cocottes-minute back
Dessinateur 1er plat : Wolinski

Sous-titre : Chroniques de la vie quotidienne dans les Yvelines – Roman dégueulasso-policvier

Citation :
« Celui qui s’endort avec le cul qui
le démange, se réveille avec le doigt
qui pue. »
Proverbe chinois (traduit par Bérurier)

Dédicace : A Albert Benloulou, l’un des principaux
éléments de ma « force tranquille ».
Avec mon affectueuse reconnaissance,
SAN-A.

Tu as déjà acheté de la viande sous cellophane, toi ? Oui ? Ben, faut vivre avec son temps bouffe-merdique, que veux-tu. Mais des bites sous cellophane, t’en as déjà vu des bites sous cellophane ? Jamais ? Moi si ! Lis ce book et t’en auras plein la musette (plein l’amusette).
Une aventure pareille, j’ai bien cherché : tu peux pas la trouver ailleurs que dans mon oeuvre. En plus des biroutes par paquets, t’auras droit à des frangines ultra-rapidos du réchaud. Elles te regardent et ton bénouze se transforme en socquette. Je les appelle des cocottes-minute.

Un bon Sana, y’a pas mieux pour s’retaper le moral !

Il n’y a que San-Antonio (alias Frédéric DARD) pour faire un tel effet avec sa prose rabelaisienne, sa verve, son brio et aussi ses lourdeurs parfois.
Cet épisode du début de la dernière décennie de la geste san-antonienne (1990) est excellent. L’histoire vous glace, San-Antonio et ses compères (Béru en grande forme, Jérémie Blanc, Pinaud et Mathias qui ne font que de brèves apparition, Berthe et Toinet, …) sont en grande forme pour dénouer cette histoire de fous !
Ça tringle de partout le tout décrit avec cette langue extraordinaire du Maître. Les apartés philosophico-mélancoliques fleurissent ci et là !
Bref du grand San-Antonio…
Critique par JEANLEBLEU, le 3 novembre 2012

En fin de livre, publicité pour la sortie du premier volume de la Bibliothèque San-Antonio – Albert Simonin Le Hotu

Vous aimerez peut-être