Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Fleuve Noir Dépot légal: septembre 1985 Imprimeur: Imprimerie Bussière, Saint Amand
La note du collectionneur

Collection SA  n°122Dégustez, gourmandes! back
Illustrateur 1er plat : Didier PALAIS – avec l’aimable participation du Nubret’s International Club (Paris)

Citation :
Si ton ennemi te sodomise, surtout
ne bouge pas : tu risquerais de
le faire jouir.
(Proverbe grec)

Dédicace : A mon ami Pierre Sciclounoff
dont le palais est peut-être encore
plus noble que celui où il plaide.
San-Antonio

À l’occasion du centenaire de ma mort, je suis heureux de vous présenter un San-Antonio nouvelle manière.
Le fameux commissaire guigne la succession d’un Superman international et, l’espace d’un livre, devient son disciple.
Alors, il met la baise et la rigolade en veilleuse pour tenter de réussir son examen de passage. S’il y parvient, Sana sera promu super-dauphin. S’il échoue, il sera sacré bézuquet à vie. Dans un cas comme dans l’autre, il continuera d’escalader ces dames et de dilater la rate de leurs maris. À la vôtre !

Inhabituel San-A

Dans ce roman, le 122ème de la série, le commissaire San-Antonio se retrouve dans une situation très étrange, inhabituelle : il reçoit de la part d’un très mystérieux Américain surnommé Big Between la mission de devenir son successeur, son disciple. Ce Big Between (ou BB) est une sorte de super-héros, de type qui réussit tout ce qu’il entreprend. Un surhomme, quoi. Perplexe, San-A accepte, quasiment obligé d’ailleurs, cette offre, et se rend aux States. Où il va suivre un parcours du combattant épuisant, éprouvant, pour devenir l’égal de ce mystérieux BB.
Un roman donc assez étonnant, bizarre, totalement différent des autres tomes (et des tomes à venir). Ce n’est pas le meilleur, loin de là, mais on s’amuse beaucoup. Les chapitres sont assez longs (une dizaine en tout, 220 pages de texte), et le début peut s’avérer laborieux, tant on s’éloigne du San-Antonio classique. Malgré tout, ça reste drôle, trippant, bien foutu. On passe un bon moment, à condition d’aimer cette série de polars – ce qui est mon cas !!
Critique par Bookivore, le 4 avril 2009

Vous aimerez peut-être