Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Horvath Dépot légal: 4ème trimestre 1988 Imprimeur: Reboul imprimerie, Saint-Etienne
La note du collectionneur

Entretien avec Francisque Collomb back Un gros livre de 189 pages, écrit en tous petits caractères, consacré à Lyon et à Francisque Collomb qui en a été le maire de 1976 à 1989.
Ce livre est sous-titré « une écharpe de maire ».
Saviez vous que Frédéric Dard et Francisque Collomb étaient voisins de palier dans un modeste immeuble de la rue Calas?
Francisque et Frédéric faisaient partie de la même bande d' »arsouilles » qui s' »éclataient », chavirés par la liberté et le beaujolais retrouvés après les privations de l’Occupation.
On retrouve dans ce livre quelques références à Frédéric Dard:
– page 11: En revanche, s’il faut en croire mon vieil ami Frédéric Dard : « Si les Lyonnais réussissent toujours à Paris, c’est parce qu’ils se lèvent plus tôt que les autres. Le Lyonnais n’est pas seulement travailleur, il est également laborieux. Aimant le travail et travaillant beaucoup, il possède toutes les qualités résultant de cette nature active.C’est un peuple sage et clairvoyant, qui n’élude jamais la difficulté, mais au contraire l’affronte de plain-pied. Sa ténacité est exemplaire. » (texte publié dans « Lyon ville lumière » édité en 1979 et repris aussi dans un article intitulé « Boulot, bistrot, mais lève-tôt » publié dans Géo n°57 de novembre 1983.
– page 12: Citons encore notre ami Frédéric Dard: « Lyon n’est pas une ville pour touristes, car rien n’est aisément valable ni violable dans cette grande ville sage et un peu dédaigneuse.L’étranger débarquant à Lyon s’y sent plus étranger que partout ailleurs, comme si un écriteau était accroché: do not disturb ».
– page 13: N’oublions pas qu’à Lyon l’école professionnelle La Martinière (qui compta parmi ses élèves Béraud et Dard) jouissait d’un prestige au moins égal à celui du vénérable lycée Ampère.
– page 15: Enfin, il y a eu, à l’occasion de l’avant-dernière foire à Eurexpo, la rencontre de ces cinquante Lyonnais célèbres, ambassadeurs incomparables de notre cité dans les domaines les plus divers: les vedettes médiatiques, Bernard Pivot, Jacques Martin, Jean Amadou, Simone Garnier, Mick Micheyl, Paul Bocuse, qui font tous sonner bien haut leur titre de Lyonnais. Et, comme écrivain, Frédéric Dard n’est pas en reste.
– page 19: Pour faire marcher et prospérer mon affaire, j’ai travaillé nuit et jour pendant 10 ans.J’habitais à ce moment-là à la Croix-Rousse, dans la petite rue Calas, en face des jeux de boule du Grand Huit, et j’avais pour voisin Frédéric Dard qui faisait ses débuts en littérature. Constamment distrait, il ne cessait de frapper à ma porte pour m’emprunter une lame à rasoir ou autre objet de première nécessité. J’ajoute que nos épouses étaient d’excellentes amies, ayant fait leurs études ensemble.
– page 102: Car le moment est venu de parler de nos façades, « ces façades aux nostalgies toscanes », comme dit mon ami Frédéric Dard.

Frédéric , dans la préface de ce livre, rappelle son amitié avec cet homme qui a écrit les chapitres prestigieux du Lyon d’aujourd’hui.

Préface F. Dard  Entretien avec Francisque CollombPréface F. Dard suite Entretien avec Francisque Collomb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Curiosité: 1/Ne confondez surtout pas Francisque Collomb avec le maire actuel de Lyon Gérard Collomb
2/Le père de Frédéric Dard avait le même prénom que Francisque Collomb.

Vous aimerez peut-être