Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: atramentra (lecture libre) Dépot légal: janvier 2016 Imprimeur:
La note du collectionneur

Et celui-là, tu l'as déjà lu? backUn nouveau San-Antonio.
Ce n’est pas tous les jours que ça arrive !
Et, en plus, vous pouvez le lire en intégralité gratuitement, mes petits veinards, en cliquant sur le lien ci-dessous:

read the book
Et, en prime, une interview exclusive de l’auteur.

Interview réalisée le 10 février 2016:

ToutDard : Bonjour Roberto , un nouveau San-Antonio, ça fait vraiment chaud au cœur. Qu’est ce qui vous a donné l’idée d’écrire ce pastiche ?
Roberto : Bonne question. Je crois que ça relève de ce qui motive un musicien à jouer d’un instrument. Je n’ai jamais su jouer d’un instrument. J’ai joué du San-Antonio comme j’aurais joué de la guitare, si j’avais su jouer de la guitare. Et ça me touche énormément que vous ayez apprécié mon morceau.
ToutDard : Quand l’avez-vous écrit ?
Roberto : J’ai écrit ce San-A à ma sortie de l’école d’ingénieurs : une manière d’occuper mes loisirs forcés car la crise faisait rage à l’époque, et les employeurs ne se bousculaient pas pour embaucher les jeunes diplômés. Ce polar est donc à l’origine une grosse « déconnade », sans prétention, ce qui se voit à l’intrigue dont la rigueur laisse à désirer. Mais quel plaisir de faire vivre et parler ces personnages !
Depuis Patrice Dard a repris San-A, et je lui tire mon chapeau pour la manière dont il s’en est approprié l’univers, en le remodelant selon sa patte sans le dénaturer. Ce n’était pas gagné d’avance !
ToutDard : Qui êtes vous ?
Roberto : Je suis ingénieur éclairagiste, marié père de 2 enfants. Et j’ai la passion de l’écriture.
ToutDard : Avez-vous écrit d’autres romans. Avez-vous des projets ?
Roberto : Entre autres écrits de style plus classique, j’ai récidivé beaucoup plus récemment dans le genre san-antonien dans un autre polar, avec des personnages de mon crû cette fois. Je dois confesser qu’à part le nom du personnage principal, rien ne distingue ce bouquin d’un nouveau pastiche de San-A (pour les éventuels curieux, il s’intitule « Trous de mémoire » et peut se lire sur le site Atramenta).
En dehors de mes divagations san-antoniennes, on peut se faire une idée de mon univers propre, toujours sur Atramenta, avec le polar que j’écris actuellement, et dont je publie les premiers chapitres sous forme de feuilleton, pour tâter le terrain : « N’en dégoûte pas les autres ».
ToutDard : Merci beaucoup de votre temps, Roberto. Je vous souhaite qu’un éditeur ait la bonne idée de publier votre prochain roman.

 

 

Vous aimerez peut-être