Genre(s): Auteur(s): , Epoque:
Edition: Fleuve Noir Dépot légal: 1er trimestre 1969 Imprimeur: Imprimerie Bussière, Saint Amand
La note du collectionneur

Fleuve noir Spécial Police n°709Faut-il vous l'envelopper back
Dessinateur 1er plat : Michel Gourdon

Dédicace : Pour Sophie.
Tendrement.
S.A.

J’aime mieux vous prévenir, les gars : des histoires pareilles, vous n’en trouverez pas souvent. Ce qui vaut mieux pour votre santé. Mamma mia ! A la fin de ce circus effarant, je ne savais plus bien si je m’appelais San-Antonio, Edouard ou la Joy ! Y a fallu que je me cramponne aux branches ! Et surtout que je garde la tête froide, ce qui n’était pas fastoche avec la lampe à souder qui me servait de chapeau ! Le transformateur cérébral, vous savez ce que c’est, vous ? Moi, je l’ignorais. Mais maintenant je sais !

Non, c’est pour servir tout de suite
« Faut-il vous l’envelopper? » (j’adore les titres rigolos de ce genre !) est une aventure vraiment particulière de San-Antonio, comme il est très explicitement précisé dans le résumé au dos du bouquin. Ca commence par une histoire de rapts d’enfants, avec Marie-Marie (nièce de Bérurier) qui, alors qu’elle accepte de servir d’appât, finit elle aussi par se faire kidnapper par une bande de truands insaisissables. San-Antonio, meurtri, et assisté de Pinaud (Béru n’apparaît quasiment pas ici, d’ailleurs), mène l’enquête, et la piste va les mener à une curieuse propriété dans les bois, tenue par un homme aussi distingué que cruel et machiavélique, Alphonse Daudeim. Et là, tout bascule dans le pas normal…
Une aventure très drôle (franchement, certains passages sont tordants, notamment quand Pinaud se fait castagner en beauté ou Béru coincé dans un arbre par ses bretelles), vraiment étrange. Une de mes préférées, même si on regrettera que la fin soit un peu bâclée. je ne donne pas 5/5 pour ça.
Critique par Bookivore, le 10 octobre 2009

Vous aimerez peut-être