Fleuve Noir informations n°60

Auteur(s) :

Epoque(s) :

Edition : Fleuve Noir

Dépot légal : janvier 1970

Imprimeur : C.I.B., Paris

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur email

N°60 de janvier 1970
16 pages de format 13,3 sur 20,8
Ce bulletin d’informations mensuel préparé par Eugène Moineau, chef du service des relations du Fleuve Noir avec la presse, est édité spécialement à l’intention des journalistes de la presse de langue française.

Ce numéro contient un article de 2 pages sur José Michel, célèbre vedette de music-hall avec son python Nino enroulé en écharpe autour de son cou.


José Michel est devenue romancière sur le tard alors qu’elle était dans la soixantaine et a publié au moment de cet article quatre romans au Fleuve Noir dans la collection Angoisse : La dernière fuite (n°138), Mon fauteuil à trois roues (n°149), Le démon qui m’habite (n°158) et Clinique pour pauvres (n°168). Un 5ème roman dans cette collection sortira au 1er trimestre 1970 (Mon cimetière – n°175) suivi fin 1970 par un 6ème et dernier(L’ostal du mystère – n°191).
Elle écrira aussi entre 1967 et 1971 cinq autres romans au Fleuve Noir dans la collection Spécial-Police : Pétales pour un cadavre (SP 628), A longue échéance (SP 669), Le cercle refermé (SP 731), Le parking infernal (SP 811) et Deux morts pour rien (SP 856).

José Michel est le pseudonyme de Mme Carpouzis et la mère d’André Carpouzis, plus connu sous son pseudonyme d’André Caroff, auteur phare du Fleuve Noir avec une soixantaine de romans dans la collection Spécial Police, Angoisse et surtout Anticipation.
Son pseudo Caroff vient tout simplement , comme on peut le lire dans l’article, du nom de scène de sa mère lorsqu’elle était danseuse acrobatique.

Ainsi, José Michel n’est pas non plus un pseudonyme de Frédéric Dard comme on pourrait le supposer en lisant le livre d’ Alexandre Clément Frédéric Dard, San-Antonio et la littérature d’épouvante.

Vous aimerez peut-être :