Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Editions Optic Dépot légal: 2ème trimestre 1946 Imprimeur: R. Bussière, Saint-Amand
La note du collectionneur

Dédicace: A mes amis CHAVEROT,
qui savent si bien vivre.
l’histoire de ces morts.
F.D.

Dans le décor sinistre d’une gare désaffectée, le narrateur rencontre un personnage qui se présente comme la Mort et va lui inspirer sept histoires :
. Le meurtre d’un maçon dans une cave, commis par un jeune écrivain qui s’interroge sur le sens du mot « roman ».
. L’histoire d’un pauvre diable fasciné par une putain et un unijambiste.
. Un cocu qui se venge de son rival.
. Un garçon de huit ans dont la sensibilité subit les ravages de l’amour impossible entre sa mère et le directeur de son pensionnat.
. La mort injuste d’un jeune et candide soldat allemand.
. Un épisode de l’épuration que Frédéric Dard projette dans toute son impitoyable absurdité.
. Le combat entre Diurne et Nocturne, arbitré par la déesse du Temps.

Ces contes fascinent par la férocité de leur propos et, surtout, de leurs personnages dont l’auteur semble partager l’extrême douleur.
Ce livre a été adapté en pièce de théâtre radiophonique en 1947 et la pièce reçut le Grand Prix du théâtre radiophonique.

Citation: « Le hasard ! Les hommes ne le comprendront jamais ! C’est notre père à tous. »
Frédéric Dard

Vous aimerez peut-être