Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Editions de Savoie Dépot légal: 2ème trimestre1945 Imprimeur: Imprimerie Générale Lyonnaise
La note du collectionneur

La Mort silencieuse Sydeney backCe roman publié  en 1945 est imprimé sur du mauvais papier cartonné du fait de la pénurie de papier à l’époque.

L’histoire préfigure les San-Antonio mis à part le fait que Dudley Fox n’est pas policier, mais un cambrioleur. Certains passages sont proches des intrigues de San-Antonio : le saxophone qui s’exprime en morse dans « Laissez tomber la fille », « Le nègre qui pâlit » dans les Confessions de l’Ange Noir.
D’autres passages semblent inspirés d’autres oeuvres : le bandit remis dans un colis à la police rappelle un des complices d’Al Capone dans Tintin en Amérique.

Dudly Fox, dandy et gentleman cambrioleur, doté de ce qu’il faut de flegme et de finesse, sème la panique dans la police de Londres. S’il est riche; c’est pour la simple raison qu’il n’hésite pas à s’emparer de ce qui lui plaît. Il signe ses forfaits d’une carte de visite sur laquelle figure une tête de mort hilare. A Scotland Yard, la plaisanterie n’est pas du goût de l’inspecteur Rohmer. L’argent de ses victimes, d’origine souvent douteuse, Dudly le dépense vite et le distribue à ceux qui n’en ont pas. Un soir d’ennui; alors qu’il dîne seul à sa place habituelle dans un palace londonien où joue un jazz-band, Dudly repère un drôle de manège. Un des spectateurs inscrit en morse le message que lui fait parvenir le saxophoniste de l’orchestre en feignant d’accorder son instrument. Il s’agit d’une adresse. L’aventure, chère maîtresse de Dudly Fox, est de retour ! Mais le dandy ne trouve au rendez-vous qu’un vieillard inquiet, barricadé chez lui. Ce dernier craint d’être cambriolé, on en voudrait à sa fabuleuse collection de pierres précieuses. Le lendemain, on retrouve le vieil homme assassiné et, dépassant du revers de sa robe de chambre, une carte de visite sur laquelle figure une certaine tête de mort…

Vous aimerez peut-être