La nostalge

Genre(s) :

Auteur(s) :

Epoque(s) :

Edition : Michel Lafon

Dépot légal : mars 2001

Imprimeur : imprimé en France

Partager :

la-nostalge-back440 pages de format 15,2 sur 23,4
Prix : 135 FF
Dédicace à Candice

Dans cette autobiographie intitulée La nostalge, Robert Hossein fait évidemment une place importante à Frédéric Dard, son ami de toujours.

la-nostalge-photo-dard

Il rappelle comment il a connu Frédéric Dard lorsqu’il avait dû remplacer au pied levé Daniel Gélin dans la pièce de théâtre La neige était sale, puis il raconte ses souvenirs de metteur en scène de quelques pièces écrites par Frédéric Dard –  les salauds vont en enfer, l’homme traqué, Dr Jekyll et Mr Hyde, La chair de l’orchidée – et d’acteur dans la pièce montée par Georges Vitaly d’après un roman de Frédéric Dard Du plomb pour ces demoiselles.

Robert Hossein est un grand angoissé et a souffert d’un empoisonnement de la vésicule biliaire, qui l’a empêché de jouer pendant une longue période, raison pour laquelle il s’est tourné vers la mise en scène.

Un des chapitres du livre est intitulé : Frédéric : Le chasseur d’angoisses.
En voici quelques extraits relatifs à Frédéric :
« Malgré tous ces bonheurs, mon angoisse persistait. Elle arrivait sans crier gare, par assauts, comme une lame de fond. Je me sentais aspiré et je perdais pied. Plus que les médicaments et le travail, l’amitié de Frédéric Dard était mon meilleur remède. Je me précipitais aux Mureaux où il m’attendait sur le quai de la gare. C’étaient, à chaque fois, des retrouvailles inouïes, comme si nous ne nous étions pas vus depuis des mois. La famille nous accueillait bientôt et nous passions à table. Je me sentais convalescent. A la vue des mets somptueux, des vins fins, la vie revenait. A la fin du repas, je remontais à la surface. Fred et moi gagnions alors son bureau pour y bavarder en paix, refaire le monde ou lire une des innombrables nouvelles qu’il écrivait sous des pseudonymes ».

« Frédéric était par nature pessimiste, pour lui-même comme pour l’espèce humaine. Curieusement, il avait des absences. Nous étions en train de parler et, soudain, il s’arrêtait. Son regard semblait alors me traverser sans me voir puis, un assez long moment après, il se reconnectait avec la réalité. Il venait de passer quelques instants dans une autre dimension.  Dard a réussi dans tout ce qu’il a entrepris, avec une sensibilité d’écorché vif. C’était un état assez paradoxal chez cet être qui aimait la vie et se comportait en épicurien ».

Ce livre a été réédité en mai 2002 dans Le livre de poche.

la-nostalge-livre-de-pochela-nostalge-livre-de-poche-back

Vous aimerez peut-être