Genre(s): Auteur(s): , Epoque:
Edition: L'Echo de Savoie Dépot légal: 20 mai 1948 Imprimeur: Imprimerie Générale Lyonnaise
La note du collectionneur

L'Echo de Savoie n°14 backN°14 du 20 mai 1948.
20 pages d’un format 32 cm sur 21 cm.
Prix : 15 Francs
Dessinateur 1er plat : D. Bellemin (Le Château des de Menton-série Sites et Merveilles de Savoie)

Rédacteur en Chef : Frédéric Dard

La nouvelle formule de cette revue vieille de 28 ans se veut être élégante, solide, instructive et souhaite apporter au lecteur les renseignements utiles concernant le tourisme,le transport et la vie savoyarde sous toutes ses formes. Bref, tout ce qui intéresse les Savoyards, hormis la politique. Cette revue veut demeurer le trait d’union entre les Savoyards de Savoie et les 50000 Savoyards « expatriés » à Lyon, dans le Sud-Est et les colonies.
Elle comporte toujours les rubriques suivantes :
Les Savoyards à Lyon, en France et à l’étranger
Echos, nouvelles et potins
et contient quelques pages de publicité, mais pas trop.

L’éditorial de ce numéro, signé Frédéric Dard, et intitulé « Ni fleurs, ni couronnes pour Anastasie, est une belle diatribe pleine d’humour contre la censure surnommée, comme chacun sait, Anastasie. Ce texte, fait pour défendre le film Clochemerle, est très bien construit, c’est un peu dommage qu’il soit particulièrement bourré de fautes d’orthographe, orthographe qui n’était pas le point fort de Frédéric.

L'Echo de Savoie n°14 éditorial (2)L'Echo de savoie °14 éditorial suite

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce numéro contient aussi le texte de l’acte I d’une pièce de théâtre en 3 actes écrite par Frédéric Dard et intitulée « N’en faites pas un Monde ». Cette pièce radiophonique a été diffusée sur Radio-Lyon le 5 juin 1948. Contrairement à ce qui est annoncé dans l’avertissement aux lecteurs, cette pièce, à ma connaissance  n’a jamais été créée au Théâtre.
Le texte de l’ acte II sera publié dans L’Echo de Savoie n°15 et celui de l’acte III dans L’Echo de Savoie n°16. C’est la seule publication existante du texte.

Vous aimerez peut-être