Genre(s): Auteur(s): , Epoque:
Edition: Fleuve Noir Dépot légal: 3ème trimestre 1956 Imprimeur: Imprimerie Foucault
La note du collectionneur

C’est le Spécial Police n° 102 commercialisé à l’époque au prix de 225 FRS.
Dessinateur 1er plat: Gourdon
les brat de la nuit back

L’histoire, en quelques mots : L’inspecteur Wilkins débarque un beau jour chez Doris Huff afin d’enquêter sur la disparition de son mari Steve. La jeune femme n’attire pas particulièrement Wilkins, d’autant que celui-ci n’a pas le moindre doute sur la culpabilité de celle-ci. Pour lui, elle a tué son mari.

Seulement voilà, Dard est un Maître. Il connaît les codes, les rouages infernaux, et là où l’on pense être sur la piste, Dard nous embrouille l’esprit et nous emmène sur un tout autre terrain que celui imaginé.

Bien évidemment, l’inspecteur Wilkins s’éprend de la jeune femme, cherche à l’innocenter, et même lorsque celle-ci lui avoue son crime, il n’y croit pas et échafaude une hypothèse prouvant en fait que l’arme du crime qu’elle dit avoir utilisé pour tué son mari, n’a pas atteint sa cible.

J’aime cette écriture limpide qui ne s’embarrasse pas de situations inutiles, j’aime ce rapport ambigu et pervers qu’il tisse entre les personnages. Même lorsque Dard s’empare des plus grands clichés, il le fait avec tellement de talent qu’on ne boude pas son génie. Enfin et surtout, j’aime ces dénouements qui ne déplairaient pas aux plus grands cinéastes de films noirs de l’Age d’Or Hollywoodien.

« Les bras de la nuit » est un roman remarquable ou l’on assiste à la descente aux enfers lente mais tragique d’un homme pris au piège d’un coup de foudre malencontreux, qui en perd son discernement, sa dignité et sa liberté (au sens propre comme au figuré).Il n’y a que Dard qui puisse nous conduire d’une intrigue policière classique vers une tragédie.                                                                                                                                                                                                                 Extrait du blog de Foxy Lady

On trouvera aussi dans Mystère Magazine n°106 de novembre 1956 une critique de ce roman signée par Igor B. Maslowski.

Une 2ème édition a vu le jour pour célébrer la sortie du film éponyme réalisé par Georges Guymont. Ce livre avec un D.L. du 1er trimestre 1962, a été imprimé par P.I.E. , 5, avenue de la Gare, Monaco et a été commercialisé au prix de 2.40 NF .

 

Vous aimerez peut-être