Genre(s): Auteur(s): Epoque:
Edition: Carterie artistique et cinématographique Dépot légal: Imprimeur:
La note du collectionneur

Date de sortie : 12 mai 1976
Réalisateur : Claude Chabrol, d’après le roman « Initiation au meurtre » de Frédéric Dard
Acteurs : Franco Nero, Jean Rochefort, Stefania Sandrelli, Gert Fröbe, Gila von Weitershausen, Mouheddine Mrad, Jalila Baccar
Scénario et dialogues : Claude Chabrol, Paul Gégauff et Pierre Vial-Lesou
Production : Carthago Films, Maran Films, Mondial Televizione Films

 

Edouard un quadragénaire suisse oisif, passe chaque année ses vacances d’été dans un palace de l’Ile de Djerba. Là, il fait connaissance de Vestar, un magicien engagé pour une série de représentations, de Sadry et Sylvia un jeune couple au bord de la rupture et de Martine l’ancienne maitresse de Sadry. Vestar lui confie qu’il a le pressentiment qu’un meurtre par strangulation va être commis. Amusé par l’histoire, Edouard multiplie les manigances pour la réalisation de ce crime pressenti par l’extralucide. Dans ce but, il accroit les difficultés du couple en crise… Toutes les conditions semblent réunies pour que la prophétie se réalise. Mais ce n’est pas dans le sens des prévisions d’Edouard. C’est le voyant lui-même qui sera victime du meurtre.
Ce film est en fait une œuvre mineure et c’est une déception de voir l’auteur du Boucher gaspiller son talent et prendre son plaisir à filmer n’importe quoi en se moquant du monde.
Je n’ai pas lu le roman de Frédéric Dard et ça n’a aucune importance. C’est le film que nous avons à juger : tout y est faux, superficiel, sans intérêt, ennuyeux, et , sans être magicien, on peut lui prédire une pauvre carrière.
On a vraiment l’impression que le film a été tourné pour meubler agréablement un séjour de vacances dans l’île de Djerba. La possibilité même d’un financement à des fins de propagande touristique n’est pas à exclure.
En effet, les paysages sont beaux et l’on sent que le tournage s’est effectué dans la plus totale décontraction. Chabrol déploie sa grande maîtrise de technicien : mais tout cela ne suffit pas à faire un film.
Dans l’œuvre inégale de Chabrol, ces Magiciens tiendront une toute petite place.
© André Cornand, « La Saison Cinématogaphique 76 »

Vous aimerez peut-être