Lettre de Frédéric Dard à Clément Bouvetier du 22 novembre 1944

Auteur(s) :

Epoque(s) :

Dépot légal : 22 novembre 1944

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur email

Dans cette lettre adressée à son ancien professeur de français de La Martinière, écrite sur un papier à en-tête du journal Dimanche, Frédéric exprime sa fierté d’être rédacteur en chef du seul journal littéraire de la région lyonnaise.
Il mentionne aussi sa position d’associé à la tête des Editions de Savoie.
On voit bien qu’il est assez proche de Clément Bouvetier puisqu’il n’hésite pas à lui parler de ses relations tumultueuses avec son épouse Odette.

En voici le texte intégral :

Mon cher ami,
Ce papier à en-tête foudroyant va vous révéler en deux couleurs l’ère nouvelle dans laquelle je pénètre. Comme vous, j’ai – ainsi que les miens – traversé la Tourmente et, après avoir essuyé maint coup de feu je me retrouve avec un nouvel associé à la tête d’une maison d’édition florissante, et me voici rédacteur en chef de ce Dimanche, né de la libération, le seul journal littéraire de la région, qui doit d’après les bordereaux de Hachette être également diffusé à Marseille. J’ai failli divorcer pour une catastrophe sentimentale que ma femme a eu la grandeur d’âme de me pardonner. Et tout en écrivant à la cadence de cinq pages par semaine un bouquin pour le moins aussi gros que « Autant en emporte le vent » je regarde grandir mon fils. Voilà mon bilan.
Et vous ? Parlez-moi de votre vie, de vos projets . . .
Pensez-vous venir jusqu’à Lyon ? Si vous étiez un très. . . très cher ami vous bondiriez ici aux prochaines vacances et me feriez le très grand plaisir d’accepter d’être mon hôte pour qques jours.
Etes vous libres pour le jour de l’an ?
Du reste je n’ai pas à mettre de point d’interrogation, il s’agit d’un ultimatum.
A vous lire vite
Affectueusement
Frédéric Dard

Vous aimerez peut-être :