Genre(s): Auteur(s): , , , , , , Epoque:
Edition: Association des Amis de San-Antonio Dépot légal: été 1997 Imprimeur: Imprimerie Procopy, Digne les Bains
La note du collectionneur

MSA n°1 backVoici le 1er numéro de cette revue trimestrielle publié à l’été 1997 et tiré à 300 exemplaires.
20 pages de format 21X29,7
Prix : 20 francs

Directeur de la publication : Daniel Sirach qui est en 2016 le Président de L’Association des Amis de San-Antonio.
Rédacteurs : Serge Fernandes, Thierry Gautier qui est rédacteur en chef en 2016, Raymond Milési toujours au comité de rédaction en 2016 et daniel Sirach
Maquette : Philippe Wanner
Illustrations : Jean-Marcel Crépin

Voici le contenu de ce numéro qui avait 41 abonnés le 15 juillet 1997 :

Editorial de Daniel Sirach qui explique comment il en est venu à collectionner en découvrant la bibliographie Moi, vous me connaissez de Pierre Grand-Dewyse. Suite à une rencontre avec Frédéric Dard et d’autres collectionneurs passionnés lors de l’inauguration du cinéma qui porte désormais son nom aux Mureaux, l’envie lui est venue d’une association où tous les passionnés se retrouveraient par l’intermédiaire d’un journal.

Interview de Fred Hidalgo qui présidait en 1965 l’unique club San-Antonio ayant existé (propos recueillis par Thierry Gautier, Daniel Sirach et Jean-Paul Vérine)
Suite à une lettre envoyée à Frédéric Dard, Fred Hidalgo eut le plaisir de voir Frédéric Dard s’arrêter chez lui à Dreux. Il avait alors à peine 15 ans.
Le club San-Antonio dura 6 ans de 1965 à 1971 et édita un journal à parution trimestrielle Le Petit San-Antonien  dont le 1er numéro est daté du 4 août 1965.
Bravo, Docteur Béru fut dédié au club San-Antonio, ce qui amena de nombreuses adhésions, le chiffre de 500 adhérents fut atteint .
Fred Hidalgo, qui est devenu journaliste après ses études, a continué de correspondre de temps en temps avec Frédéric Dard, sans jamais s’imposer.
Frédéric Dard parle de Fred Hidalgo dans Bouge ton pied que je voie la mer (page 99) et lui a dédié Baisse la pression, tu me les gonfles.

La pensée illustrée de Jean-Marcel Crépin : «  Si tous les cons volaient, il ferait nuit » . Un dessin pleine page.

Mots croisés San-Antoniens de Serge Fernandes

Le coin des collectionneurs : Reconnaitre une édition originale au Fleuve Noir

Vous aimerez peut-être