Chers amis de Frédéric Dard, bonjour.

La veille de l’été, le 20 juin 2017, la 2000ème fiche voyait le jour dans votre site. C’est une étape symbolique, mais surtout pas un aboutissement car il en reste autant, sinon plus à créer pour recenser tout ce qu’a écrit Frédéric Dard et tout ce qui a été publié sur lui en tant qu’articles ou interviews.

Pour l’instant, j’ai recensé 85 revues comportant des textes de Frédéric Dard, certaines comme Le Mois à Lyon, L’Echo de Savoie, Cent Blagues, OH ! ou bien encore Mes lectures en rassemblant plusieurs dizaines. On trouve aussi des articles sur cet auteur hors du commun dans pratiquement une centaine de revues et journaux (et ce nombre va continuer à monter avec les prochaines entrées) et des interviews souvent riches de sens dans une quarantaine de supports.

L’intérêt porté à ce site à travers sa fréquentation en constante augmentation est indéniable. Sur la période des derniers douze mois, vous avez été plus de 12500 à le consulter une ou plusieurs fois pour un total de 160000 pages vues, ce qui est une vraie motivation pour continuer de l’enrichir.

J’exprime toute ma gratitude à ceux qui m’ont contacté pour contribuer à améliorer ce site en me fournissant des scans ou bien en m’indiquant des choses inédites.
Je voudrais particulièrement remercier les amis Didier LOUIS et Jean-François PRIBILE pour leur contribution assidue.
Je voudrais aussi tirer un coup de chapeau à Jean-Jacques BECUWE, un ami fidèle de San-Antonio qui a déniché une préface inconnue de Frédéric Dard parue en 1955 dans le livre d’humour « Tête à gifles » de Poiret et Serrault dans la collection Pschitt. Cette préface signée simplement Frédéric est bien de Frédéric Dard et le style utilisé ne permet pas de douter de l’identité de l’auteur de cette préface. Notre grand spécialiste de Frédéric Dard, Thierry Gautier, a aussi confirmé cette paternité.

S’agissant de préfaces, je voudrais aussi signaler celle quasi-inconnue figurant dans un catalogue d’exposition Bleu – Blanc – Rouge du peintre Francis Latreille.

Les vacances approchent pour la plupart d’entre vous et je ne peux pas résister à vous offrir un texte de Frédéric Dard écrit en 1943 dans le Mois à Lyon et qui s’intitule Rêve de vacances. Souhaitons que la paix rêvée par Frédéric fasse son chemin dans nos temps troublés.

Le-Mois-à-Lyon-Rêve de vacances

Bonnes vacances !

Lionel Guerdoux