Jacques Grange

Né à Paris, Jacques Grange fait ses débuts comme dessinateur de textile chez le célèbre couturier français Paul Poiret. Il travaille ensuite avec Paul Colin et Charles Loupot comme dessinateur d'affiches artistiques. Pendant son service militaire, effectué au Maroc, il fait plusieurs dessins qui font l'objet d'une exposition à Casablanca. En 1934, sur la Rivièra, il décore le cabaret "Hollywood" pour l'Américain Bruce Bundy. De retour à Paris, il fait les illustrations pour les journaux Paris-soir, Marianne, et Vendredi, jusqu'en 1940.
Sous l'occupation, il réside à Marseille puis à Lyon où on lui confie la lithographie des oeuvres d'Edgar Poe, Racine et Montherland. Après la guerre en 1948, il écrit et reproduit des scènes de la destruction de l'Allemagne, la Hollande et la Belgique.
Il demeure à Lyon jusqu'en 1950 où il peint et participe à plusieurs expositions collectives. Il illustre aussi les premières de couverture de la revue Pigalle le digest galant publiée aux éditions Trapèze à Lyon. De retour à Paris, il devient le collaborateur artistique attitré de plusieurs quotidiens et hebdomadaires dont France-soir et Jours de France.
Reconnu et encouragé par le grand historien et critique d'art Pierre Courthion, il organise à la galerie Pierre Domec à Paris en mai 69 sa première exposition d'importance, et c'est un succès.
En 1970 il est l'invité de l'Université du New Jersey, ce qui lui permet de connaître et d'apprécier les Etats-Unis, où il tint une exposition de dessins et d'aquarelles.